Révision Urologie – 03 Cancer de la prostate

il peut se présenter sous la forme d’une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses.La prostate est une glande hormono-dépendante comme le sein chez la femme.

On découvre environ 71 000 nouveaux cas de cancer prostatique chaque année.

Tous n’ont pas le même degré de gravité. 80 % sont découverts à un stade de début, localisé. Ceci incite à encourager le dépistage après 50 ans, comme le recommande l’Association Française d’Urologie qui permet de proposer un traitement permettant la guérison.

Best Prostate Video

Dépistage

Le dépistage est recommandé à partir de 50 ans. Il comprend un dosage du PSA (Prostate spécifique antigène) et un toucher rectal.

Stades

  • Sont à faible risque les tumeurs T1a et T2a avec PSA < 10ng et score de Gleason < 6
  • Sont à risque élevé les tumeurs T2c avec PSA > 20 et score de Gleason > 8, et les T3a et b
  • Sont à risque intermédiaire les tumeurs T2b avec PSA entre 10 et 20 et Gleason à 7

Le dépistage du cancer de la prostate doit être réalisé après information du patient. Le débat autour du dépistage ne doit pas entraîner une perte de chance d’être dépisté à temps pour ceux qui en ont besoin.

Dr. Christophe Ghysel du urologique Centre NW Flanders effectuer une résection transurétrale de la prostate en raison de l’hyperplasie bénigne de la prostate. www.urologischcentrum.be

Le diagnostic a été très amélioré par l’IRM prostatique, réalisée dans un centre de radiologie avec ses radiologues formés et experts en uro-radiologie. Cette IRM, réalisée avant les biopsies, permet de guider les prélèvements, en estimant de façon précise la présence ou non de cancer de prostate.

4D Brachytherapy The Patients Film – Prostate Cancer Treatment

La réalisation des biopsies de la prostate est une étape essentielle pour le diagnostic et la prise en charge du cancer de la prostate.

Biopsie prostatique sous fusion Échographie/IRM

La Biopsie prostatique sous fusion Echographie/IRM est l’examen de référence pour le diagnostic des cancers de la prostate. Depuis plusieurs années, l’IRM prostatique permet de mieux comprendre la morphologie du cancer de chaque patient et ainsi de mieux choisir les traitements adaptés. L’IRM est également très efficace pour détecter les petits cancers difficilement accessibles à la biopsie.

Récemment, en 2014, nous avons été les premiers centres des régions à combiner les deux techniques, en partenariat avec les urologues, en réalisant les biopsies avec un échographe spécial qui intègre les images de l’IRM préalable. Cela permet de « cibler » les biopsies de façon beaucoup plus efficace, en particulier sur des petites lésions ou lorsque les prostates sont très grosses. L’expertise en imagerie du radiologue d’une part et la prise en charge spécialisée de l’urologue d’autre part, combinées lors des biopsies avec fusion Echo/IRM, ont ainsi permis d’améliorer la prise en charge de nos patients.

Traitement

Il varie en fonction de la gravité de la tumeur (classification TNM), selon que le cancer est localisé ou métastatique, selon le volume tumoral et l’espérance de vie du patient. On sait en effet que dans bon nombre de cas, une tumeur prostatique connaît une évolution lente qui peut conduire, chez certains patients âgés, à proposer une simple surveillance.

Les traitements sont multiples, chaque méthode a ses bénéfices et ses effets secondaires.

La prostatectomie radicale, qui consiste à enlever la prostate et les vésicules séminales, est un traitement indiqué en priorité dans les cas localisés chez les hommes de moins de 65 ans, et comporte des effets secondaires sexuels non négligeables.

La curiethérapie, technique qui consiste à implanter de façon permanente des grains d’iode radioactif 125 dans la prostate pour détruire la tumeur est aussi un technique proposée aux hommes jeunes mais comporte parfois des effets secondaires d’inflammation.

La radiothérapie externe est proposée aux hommes de plus de 70 ans, ou en cas de contre-indication opératoire.

Nouvelle technique pour traiter le cancer par laser

Des traitements mini-invasifs du type ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) sont disponibles (méthode nouvelle pour laquelle on manque encore un peu de recul quel’on réserve à des tumeurs peu agressives ou à des récidives locales après radiothérapie chez des patients fragiles). Ce procédé baptisé Ablatherm® consiste à administrer par voie endorectale des ultrasons qui élèvent la température cellulaire afin de détruire la tumeur. 15 à 20 patients par an ont bénéficié de ce traitement depuis 2009.

Dans les tumeurs avancées, l’adjonction d’une hormonothérapie fait cesser la prolifération des cellules cancéreuses. Mais l’effet reste limité dans le temps car après 18 à 24 mois, les cellules cancéreuses ont tendance à échapper au traitement (On parle d’échappement hormonal).

Il faut alors se tourner vers d’autres prises en charge (chimiothérapie, radiothérapie) qui procurent au patient un confort local, un soulagement des douleurs de compression.

Les formes peu agressives, non métastatiques peuvent également bénéficier de l’hormonothérapie au long cours, mais il faut surveiller les paramètres osseux, ces traitements étant réputés favoriser l’ostéoporose.

Après une intervention chirurgicale

Le traitement des troubles sexuels et de l’incontinence urinaire est possible avec une prostatectomie totale pour cancer. 

1)Chirurgie ambulatoire  par LASER

Un nouveau traitement du cancer de la prostate, le cancer le plus fréquent chez les hommes, est testé au CHU d’Angers.

Des fibres optiques laser sont utilisées pour détruire la tumeur. Ces fibres sont concentrées sur les parties à traiter. Les effets secondaires : problèmes d’érection, incontinence urinaire, sont ainsi évités.

Treatment of the Enlarged Prostate Gland with Greenlight Laser Therapy

Cette nouvelle méthode est nommée : photothérapie dynamique. Elle a déjà été testées, à Angers, sur plusieurs personnes atteintes d’un cancer de la prostate.

Le Docteur Abdel-Rahmène Azzouzi, Chirurgien Urologue, et Madame Carole Vaillant, Ingénieur Bio-Médical, tous deux au CHU d’Angers, nous parlent de cette méthode et de l’appareil utilisé dans la vidéo suivante

Angers : Des fibres Laser contre le cancer de la prostate

I)

Résection prostatique au laser

Animation technique de résection endoscopique d’un adénome prostatique au laser Thulium – Groupe hospitalier Paris Saint-joseph Paris

VIDÉO DE VAPORISATION PROSTATIQUE AU LASER GREENLIGHT

Cette vidéo montre en vue endoscopique la technique de photo-vaporisation de la prostate au laser Greenlight. Cette technique est proposée dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Evolution des techniques thérapeutiques sur le cancer de la prostate ,plus de 71 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate. Plus il est détecté tôt, mieux il est traité. Ainsi un dépistage est recommandé après 50 ans. Quelles sont les techniques de détection et les traitements ? Les conséquences sur la vie quotidienne des malades ? Un dossier sur le premier cancer masculin.aussi il y a l’adenome de la prostate,les prostatites

Le traitement focale,en ambulatoire par lasers ou ultrsons 

Le traitement par HIFU est  une technique chirurgicale mini-invasive, sans incision,  qui est utilisée en pratique clinique  depuis 1993.

Des traitements mini-invasifs du type ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) sont disponibles (méthode nouvelle pour laquelle on manque encore un peu de recul quel’on réserve à des tumeurs peu agressives ou à des récidives locales après radiothérapie chez des patients fragiles). Ce procédé baptisé Ablatherm® consiste à administrer par voie endorectale des ultrasons qui élèvent la température cellulaire afin de détruire la tumeur. 15 à 20 patients par an ont bénéficié de ce traitement depuis 2009.
 
Le traitement par  HIFU – Focal One  constitue une technique chirurgicale permettant la destruction par la chaleur du tissu ciblé prostatique. Les ultrasons sont couramment utilisés pour l’imagerie médicale, notamment en échographie. Dans le cas de l’ HIFU, les ultrasons de haute énergie se concentrent en un seul point et créent une forte élévation de la température autour du point focal. Dans le cas du cancer de la prostate,  le traitement est appliqué par voie trans-rectale sous contrôle échographique, sous rachi-anesthésie ou anesthésie générale. La réalisation d’une résection trans-urétérale de la partie centrale de la prostate (RTUP) diminue le risque de rétention urinaire post-opératoire, surtout dans le cas d’un volume de prostate important. Cette résection pourra être réalisée soit un à deux mois avant le traitement par HIFU (en cas de volumineuse prostate), soit durant la procédure d’ HIFU.

 Les dispositifs médicaux sont l’ablatherm (première génération ) ou le Focal one (dernière génération ) distribués par EDAP –TMS France et également le sonablate ( SonaCare medical – US).
 

Les avantages du traitement par HIFU – Focal One

  • Il permet la réalisation d’un traitement précis, millimétrique, ciblé sur le tissu prostatique.
  • Les innovations technologiques du Focal One permettent un continuum entre le diagnostic du cancer de prostate et la réalisation du traitement, en augmentant la fiabilité et la précision du transfert des données pour chaque patient. En effet, l’importation des images de l’IRM (examen morphologique de référence pour l’évaluation du cancer de prostate en 2016) ainsi que les données des biopsies de prostate ciblées (réalisées par les nouvelles technologies de ciblage avec fusion d’images IRM que sont les systemes de cartographie des biopsies prostatiques (Koelis, Uronav, Artémis)) sont exportables sur la plateforme du Focal One.
  • Le but du traitement est d’obtenir un traitement fiable du cancer de prostate en diminuant  le risque d’incontinence urinaire ou de trouble érectile en permettant  une préservation optimale du sphincter urinaire ainsi que des bandelettes neurovasculaires.
  • Il permet la réalisation d’un traitement en ambulatoire, avec une seule journée d’hospitalisation. Actuellement 80% des procédures se déroulent en chirurgie ambulatoire, avec une sortie le soir même de l’intervention. Le drainage urinaire varie de 2 à 7 jours.
  • Le traitement peut être répété dans le temps, et ne contre indique aucune prise en charge secondaire, chirurgicale ou par radiothérapie
  • Il n’utilise aucune radiation comme pour la radiothérapie
  • Il permet la réalisation de traitements complets ou ciblés, adaptés au patient. Le principe des traitements focaux est de ne détruire que la zone tumorale (souvent déterminée en IRM, couplée aux biopsies ciblées), en épargnant les tissus sains. Ces traitements sont actuellement en cours d’évaluation.
  • Il permet un controle per-opératoire de la qualité du traitement par HIFU avec la réalisation d’une échographie de contraste (visualisation de la zone de traitement qui est dévascularisée). Si la zone traitée semble insuffisante, le chirurgien aura alors la possibilité de réaliser un traitement complémentaire.