Laser intervient depuis plus de 30 ans sur de nombreux dispositifs d’accompagnement et de formation professionnelle. La confiance toujours renouvelée des institutions et des entreprises partenaires permet chaque année à prés de 1000 stagiaires d’effectuer un parcours de formation au sein de notre organisme.

Epilation laser

Les patients nous expriment tous les jours une réelle surprise et une grande satisfaction face à l’efficacité du traitement épilatoire par laser. Pour en savoir plus, nous serons très heureux de vous accueillir au Centre laser médical

Qui n’a pas rêvé de ne plus avoir à s’épiler ? Finis les poils disgracieux, en quelques séances, l’épilation laser les supprime tous. Combien ça coûte, est-ce que ça fait mal ?

 

L’épilation laser

 l’épilation au laser existe depuis plus d’une dizaine d’année et l’une des méthodes la plus efficace comparée à la Cette intervention a été banalisée au fil du temps par les autorités médicales, angiologue en tête.

 

EFFICACITE PAR ORDRE CROISSANT DES LASERS

1- ALEXANDRITE

2- LASER DIODE

3-LASER YAG 1064NM

 

le mieux est d’utilisé des pieces à mains multifocale avec un diametre du spot10,12,15, 18,24 mm

Déroulement d’une séance

 

Avant chaque séance, il est important de raser la zone à traiter et d’y appliquer une crème anesthésiante (Emla) 90 à 120 minutes avant l’heure du rendez-vous.

  • La longueur d’onde émise doit être absorbée sélectivement par la cible.
  • La durée de l’impulsion doit correspondre au temps de relaxation thermique de la cible
  • Durée d’impulsion

–Doit être supérieure au temps de relaxation thermique de l’épiderme (1-10 msec) afin de le préserver.

–Doit respecter le temps de relaxation thermique du poil (40-100 msec)

  • Une fluence suffisante (J/cm2) doit être émise de manière à détruire la cible

 

Principe et durée du traitement:

Le traitement peut varier de quelques minutes à plusieurs heures suivant la zone à traiter.

REFROIDISSEMENT

  • Diverses techniques sont utilisées pour l’épilation:

–Gel

  • La moins efficace. Permet seulement un effet superficiel court terme.

–- Cryo Spray

  • Jets cryogéniques avant et après laser. Effet peu pénétrant , donc beaucoup plus efficace sur cibles superficielles que profondes.

–Air refroidi

  • Assez efficace lorsque dirigé sur le gel appliqué sur la peau. Requiert une machine volumineuse en plus du Laser.

–Refroidissement par Contact

  • Méthode la plus précise.

L’épilation laser est basée sur le principe de la « photothermolyse sélective », ce qui revient à dire que son objectif est de chauffer « sélectivement » le poil pour le détruire définitivement, sans endommager les tissus avoisinants.

L’énergie Laser est absorbée par le poil et la lumière Laser est transformée en chaleur.Aujourd’hui, l’épilation laser est une technique efficace et sécurisée qui s’adresse aux femmes comme aux hommes, pour toutes les localisations, dans un but esthétique ou thérapeutique (hirsutisme, folliculites, poils incarnés). L’épilation laser peut aujourd’hui traiter tous les phototypes : peaux blanches, métis, asiatiques ou noires. Elle est efficace pour tout type de pilosité, sauf le duvet, les poils blancs ou très clairs. .Le nombre de séance varie en fonction du type de peau et de la couleur du poil. 5 à 6 séances, en moyenne, sont nécessaires.

Avantages de l’epilation laser:
–Effet esthétique immédiat spectaculaire
–Plus sécurisant pour les phototypes élevés
–Pièce à main motorisée de 1 à 5 mm continue
–Pièce à main de 10 mm à haut rendement
–Visibilité et refroidissement de la zone à traiter
–Système compact et transportable
–Refroidissement par contact

–Grande malléabilité et utilisation facile

L’Epilation laser ‘

A qui s’adresse l’épilation laser?

  • Aujourd’hui, l’épilation laser est une technique efficace et sécurisée qui s’adresse aux femmes comme aux hommes, pour toutes les localisations, dans un but esthétique ou thérapeutique (hirsutisme, folliculites, poils incarnés).
  • L’épilation laser s’adresse aujourd’hui à tous phototypes: peaux blanches, métis, asiatiques ou noires. Elle est efficace pour tout type de pilosité, sauf le duvet, les poils blancs ou très clairs.
  • L’épilation électrique est une technique qui conserve sa place pour traiter les poils blanc ou très clairs et en cas de contre-indication au traitement laser.
  • Dans le langage courant, il est d’usage de parler «d’épilation définitive»: en médecine, le «100%» n’existe pas. Chez certaines personnes, d’éventuelles séances d’entretien annuelles peuvent s’avérer nécessaires.

En quoi consiste l’épilation laser?

Principe

  • Le laser est un faisceau de lumière monochromatique dont la cible est le pigment brun (mélanine) de la racine du poil. Le faisceau de lumière est transformé en chaleur qui entraine la destruction du poil et du bulbe pilaire.
  • L’épilation durable peut-être réalisée par plusieurs sources de lasers médicaux (classe IV). Le centre laser thionville a retenu les lasers les plus éprouvés dans le domaine: le laser Alexandrite pour les peaux claires (phototype 1 à 3) et le laser ND-Yag pour les peaux foncées (phototypes 4 à 6).
  • Seuls des médecins sont autorisés à manipuler les lasers de classe IV. Au centre laser thionville, votre médecin réalise lui-même les actes d’épilation.
  • 4 à 8 passages sont nécessaires sur chaque zone à épiler, suivis d’éventuelles retouches tous les ans ou tous les deux ans.
  • Les poils blonds et roux sont plus difficiles à éliminer totalement, les poils blancs ne répondent pas à l’épilation laser. En effet, il n’existe pas ou très peu de pigments bruns à la racine du poil: la lumière laser ne trouve pas sa cible. Le CLMO vous propose l’épilation électrique pour ces différentes indications.
  • Les premières séances sont espacées d’environ 2 mois en fonction de la repousse. Les poils sont progressivement de plus en plus fins, de plus en plus clairsemés et se raréfient avant de disparaître.

Protocole de l’épilation laser

Avant le traitement

  • Vous serez reçu(e)s par le médecin du centre laser THIONVILLE qui vous suivra. Lors de cette séance préalable, il évaluera d’éventuelles contre-indications au traitement, vous précisera les bénéfices que vous pouvez en attendre et effectuera éventuellement un test. Il vous remettra un devis et un document de consentement mutuel.
  • Il est recommandé d’arrêter l’épilation à la cire et à la pince ainsi que la décoloration au moins 1 mois avant la séance.
  • Le bronzage est une contrainte qui est souvent la cause d’éventuelles brûlures superficielles lors de la séance d’épilation laser. Il estrecommandé de ne pas s’exposer au soleil et de se protéger dans le mois qui précède chaque séance.
  • Le rasage de la zone à traiter doit être réalisé avant la séance pour ne pas brûler le poil sur la peau mais bien le bulbe pilaire.

Pendant la séance:

  • Le port de lunettes de protection adaptées fournies par le centre laser  est obligatoire pour la sécurité oculaire.
  • La durée de la séance varie de 15 minutes à 2 heures en fonction de la surface de la zone à épiler.
  • Le traitement peut être inconfortable. Une sensation de picotement et de chaleur peut-être ressentie par le patient. Ce désagrément est atténué par l’utilisation d’un système de refroidissement couplé au laser et par l’éventuelle application préalable d’une crème anesthésiante (ANESDERM, EMLA,… )

Après la séance:

  • Une sensation de chaleur, un discret gonflement à la base des poils suivi de quelques rougeurs, variant d’un quart d’heure à deux heures, sont des suites classiques.
  • Dans les jours suivant l’épilation laser, le patient note l’éjection des poils traités. Cette phase peut durer de 10 à 15 jours.
  • L’application d’une crème apaisante et hydratante est conseillée pendant les jours suivant le traitement. Une protection solaire par écran total est indispensable pendant 4 semaines après le traitement.
  • Des complications telles que: brûlures superficielles, surinfection ou cicatrices sont exceptionnelles et bénignes. Elles sont le plus souvent liées au bronzage.
  • Des troubles de la pigmentation (hyperpigmentation ou hypopigmentation) peuvent survenir dans les semaines suivant le traitement mais sont habituellement réversibles.

Les patients nous expriment tous les jours une réelle surprise et une grande satisfaction face à l’efficacité du traitement épilatoire par laser. Pour en savoir plus, nous serons très heureux de vous accueillir au Centre laser .

Epilation “définitive” : geste médical ou esthétique ?

L’épilation définitive au laser est-elle un geste médical ? Si oui, seuls les médecins devraient pouvoir la pratiquer, et non les esthéticiens. C’est le débat que plusieurs syndicats de professionnels de la santé ont relancé le 19 janvier 2016 au tribunal correctionnel de Paris en citant à comparaître des enseignes et franchises d’esthétique pour “exercice illégal de la médecine”.

La pratique de l’épilation strictement encadrée

En France, la pratique de l’épilation est encadrée par un arrêté de 1962 qui prévoit que “tout mode d’épilation est un acte médical, sauf l’épilation à la pince ou à la cire”. Pourtant, depuis plusieurs années, nombre de centres de beauté ont développé une offre d’épilation à la lumière pulsée, méthode connue pour freiner la repousse du poil à moyen, voire à long terme. Moins efficace que le laser qui vise à détruire la base du follicule pileux pour empêcher la repousse du poil, la technique de la lumière pulsée se contente, elle, d’endommager les follicules pour ralentir la réapparition du poil. Ainsi, cette technique offre une épilation qu’il faudrait qualifier de “durable” plutôt que “définitive”.

Reste que la technique par lumière pulsée utilise elle aussi la chaleur pour endommager des structures du derme ; et qu’elle présente donc tout autant un risque de brûlure. L’épilation doit en effet permettre une thermo-coagulation assez profonde pour que deux tiers des follicules pileux soient détruits de façon à empêcher toute implantation de nouveaux poils.

Problème sanitaire ou enjeux économiques ?

Que fera-t-on “lorsqu’on aura un œil ou un sexe brûlé ?”, s’est interrogé, au cours de l’audience, Me Alexandre Varaut, représentant de syndicats de médecins et de la SARL Docteur Debray. “C’est illicite de pratiquer l’épilation par lumière pulsée quand on n’est pas médecin”, a défendu cet avocat mettant également en cause les franchiseurs d’esthétique : “Fournir les moyens de commettre une infraction, c’est se rendre coupables.”

Pour un des avocats de la défense, Me David Simhon, il s’agit là de question de monopole financier plutôt que d’un réel problème sanitaire : “C’est un procès politique initié par un médecin, président d’un syndicat médical, contre d’autres qui sont, eux, présidents de syndicats dans l’esthétique. Les médecins ne pratiquent pas l’épilation à la lumière pulsée mais au laser, a plaidé la défense. La société commerciale qui nous a tous cités à comparaître fait un chiffre d’affaires de plus de 3 millions d’euros. Il ne s’agit pas de défendre la santé publique mais un intérêt économique, voire un monopole”, a-t-il insisté. Me David Simhon a annoncé vouloir attaquer à son tour la partie civile pour “abus de citation à comparaître” et réclamé la relaxe, ainsi que 30.000€ par partie civile pour chacun de ses clients au titre du préjudice subi. Le procureur s’en est remis à l’avis du tribunal, qui rend son délibéré le 15 mars 2016.

Avec AFP

Epilation définitive: La justice tranche en faveur des médecins contre les esthéticiennes

Selon la loi « tout mode d’épilation est un acte médical, sauf l’épilation à la pince ou à la cire »…

La justice a tranche. à la lumière pulsée. Sauf les médecins sont capable d’utiliser la lumiére pulsée ou laser pour l’épilation

Selon plusieurs récentes décisions de justice, l’épilation définitive serait un soin considéré comme relevant de la médecine.

Plusieurs syndicats de professionnels de la santé avaient attaqué en janvier des enseignes et franchises d’esthétique (International Esthétique, Depil Tech, Sunso…) pour « exercice illégal de la médecine ».

Me Alexandre Varaut, représentant de syndicats de médecins et de la SARL Docteur Debray, s’était demandé ce qu’on ferait « lorsqu’on aura un œil ou un sexe brûlé », jugeant « illicite de pratiquer l’épilation par lumière pulsée quand on n’est pas médecin ».

« Un procès politique »

L’un des avocats de la défense, Me David Simhon, avait dénoncé « un procès politique initié par un médecin, président d’un syndicat médical, contre d’autres qui sont, eux, présidents de syndicats dans l’esthétique ».

Affirmant que la société plaignante avait un chiffre d’affaires de plus de trois millions d’euros, il avait estimé qu’il ne s’agissait « pas de défendre la santé publique mais un intérêt économique », voire « un monopole ».

Une pratique encadrée depuis 1962

La pratique de l’épilation est encadrée par un arrêté de 1962 qui prévoit que « tout mode d’épilation est un acte médical, sauf l’épilation à la pince ou à la cire ».

Depuis plusieurs années, nombre de centres de beauté ont développé une offre d’épilation à la lumière pulsée, méthode connue pour freiner la repousse du poil à moyen, voire long terme, et couramment utilisée par quelque 30.000 instituts en France.

Dans le combat qui opposait les médecins aux instituts de beauté proposant des séances d’épilation à la lumière pulsée, la justice a tranché ce mardi. Et ce sont finalement les médecins qui l’ont emporté.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné des enseignes de soins esthétiques à des amendes allant de 3.000 à 50.000 euros pour « exercice illégal de la médecine » ou complicité, des décisions confortant de précédentes condamnations.

Quelle épilation choisir

Une amende jugée « exorbitante »

Plusieurs syndicats de professionnels de la santé avaient attaqué en janvier des enseignes et franchises d’esthétique (International Esthétique, Depil Tech, Sunso…), estimant que l’épilation à la lumière pulsée, une épilation de longue durée, relevait de la médecine et non du seul soin esthétique.

La plus lourdement condamnée est la société International Esthétique, qui détient une enseigne comptant plus de 150 établissements. Le montant de l’amende, de 50.000 euros, a été jugé « exorbitant » et « incompréhensible » par plusieurs avocats de la défense.

A lire aussi : L’épilation définitive, un acte médical ou esthétique?

Selon la puissance et la longueur d’onde d’émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et provoquer des brûlures irréparables de la rétine. Pour des questions de sécurité, la législation française interdit l’utilisation de lasers de classe supérieure à 2 en dehors d’une liste d’usages spécifiques autorisés14,15.
La nouvelle norme :
Classe 1 : lasers sans danger, à condition de les utiliser dans leurs conditions raisonnables prévisibles (exemples : imprimantes, lecteurs de CD-ROM et lecteurs de DVD).
Classe 1M : lasers dont la vision directe dans le faisceau, notamment à l’aide d’instrument optiques, peut être dangereuse.
Classe 2 : lasers qui émettent un rayonnement visible dans la gamme de longueur de 400 à 700 nm. La protection de l’œil est normalement assurée par les réflexes de défense comprenant le réflexe palpébral, clignement de la paupière (par exemple, des lecteurs de code-barres).
Classe 2M : lasers qui émettent un rayonnement visible dans la gamme de longueur de 400 à 700 nm. Lasers dont la vision directe dans le faisceau, notamment à l’aide d’instrument optiques, peut être dangereuse (exemples : loupes et télescopes).
Classe 3A : lasers dont l’exposition directe dépasse l’EMP (Exposition Maximale Permise) pour l’œil, mais dont le niveau d’émission est limité à cinq fois la LEA (Limite d’Émission Accessible) des classes 1 et 2.
Classe 3B : laser dont la vision directe du faisceau est toujours dangereuse. La vision de réflexions diffuses est normalement sans danger.
Classe 4 : lasers qui sont aussi capables de produire des réflexions diffuses dangereuses. Ils peuvent causer des dommages sur la peau et peuvent également constituer un danger d’incendie. Leur utilisation requiert des précautions extrêmes.
Les classes ont été déterminées en fonction des lésions que peut provoquer un laser, elles varient en fonction de la fréquence du laser, les lasers infrarouge (IR) et ultraviolet (UV) étant bien plus dangereux que le laser visible. Dans le domaine visible, pour un laser continu, les classes sont :

Classe 1 : jusqu’à 0,39 µW.
Classe 2 : de 0,39 µW à 1 mW.
Classe 3A : de 1 à 5 mW.
Classe 3B : de 5 à 500 mW.
Classe 4 : au-delà de 500 mW.

source

la conception, l’utilisation et la mise en œuvre de lasers afin de minimiser le risque d’accidents de laser
la conception, l’utilisation et la mise en œuvre de lasers afin de minimiser le risque d’accidents de laser
Norme en 60825-1 Norme en 60601-2-22 Norme CEI 60825-8 Norme CEI 60825-14 Norme en 207 Norme en 208 – la vérification d’installations laser ou l’évaluation des risques dus aux rayonnements optiques artificiels est désormais rendu obligatoire par l’application des articles r.4452-7 à r.4452-12 selon le décret n° 2010-750 du 02 juillet 2010. La formation lasers médicaux dans la sécurité laser Est la conception, l’utilisation et la mise en œuvre de lasers afin de minimiser le risque d’accidents de laser, en particulier celles impliquant des blessures aux yeux. Étant donné que même des quantités relativement faibles de lumière laser peuvent conduire à des lésions oculaires permanentes, la vente et l’utilisation de lasers est généralement soumis à la réglementation gouvernementale. Lasers modérées et haute puissance sont potentiellement dangereux car ils peuvent brûler la rétine de l’œil, ou même la peau. Pour contrôler le risque de blessures, diverses spécifications, par exemple ANSI Z136 aux États-Unis et de la CEI 60825 à l’échelle internationale, de définir «classes» de laser en fonction de leur puissance et de longueur d’onde. Ces règlements prescrivent également des mesures de sécurité nécessaires, tels que les lasers d’étiquetage avec des avertissements spécifiques, et portant des lunettes de sécurité laser lors de l’utilisation des lasers. Les dangers des rayonnements laser Les effets thermiques sont la principale cause de blessures par rayonnement laser. Même lasers alimentés modérément peuvent causer des blessures à l’œil. Lasers haute puissance peuvent également brûler la peau. Certains lasers sont si puissants que même la réflexion diffuse à partir d’une surface peut être dangereuse pour les yeux. Formation laser médicaux vous propose et vous accompagne dans la vérification de vos postes et installations laser, mais également pour les autres sources optiques artificielles (u.v., l’Ed, fibres optiques actives, Ir., etc…). Suite à l’examen de conformité nous émettons des conseils et solutions de mise en conformité. Nous vous indiquons les principaux points de cette prestation : Analyse d’implantation Examen de conformité des sources, chemins optiques, zone de processus Mesure des niveaux d’éclairements Mesures des niveaux de rayonnement laser (étanchéité, fuites, puissance/énergie) Étiquetage, balisage, notice de poste Autres risques (électrique, mécanique, ergonomique, etc…) Le choix des appareils respectant le principe de sécurité sanitaire Le décret n° 2010-750 du 02 juillet 2010 exige que cette évaluation des risques optiques soit renouvelée périodiquement et rattachée au document unique, c’est pourquoi formation lasers médicaux propose un contrôle périodique « sécurité laser » de vos postes laser ou optique. Formation lasers médicaux et grâces a ses experts et ingénieurs biomédicaux est équipe de matériel de mesure optique spécifique, permettant de quantifier le niveau de rayonnement laser émis ou reçu dans un environnement donne (poste de travail, laboratoire, salle de manipulation, phase de réglage/maintenance, etc.). Cette prestation permet également de mesurer directement la puissance ou l’énergie des faisceaux laser en sortie des systèmes optiques, garantissant par ailleurs un contrôle qualité et sécurité des performances des appareils laser médicaux. Référentiel principal de cette mission : Décret n° 2010-750 du 02 juillet 2010 http://www.legifrance.gouv.fr/affichtexte.do?cidtexte=jorftext000022424491&datetexte=&categorielien=id
[/su_box]

 

Des enseignes « complices »

D’autres plus petits instituts, comme Alesia Minceur, ACMTH ou Depil Tech, ont été condamnés à des amendes de 3.000 à 8.000 euros pour des activités pratiquées durant l’année 2014.

Certaines enseignes, comme Depil Tech, ont été aussi jugées « complices » de l’exercice illégal de la médecine pour avoir « fourni les moyens » de cette pratique, avec du matériel.

Deux sociétés, Radical Développement et Sunso France, ont été relaxées : la première correspondant en fait à une licence de marque et non à une enseigne, la seconde du fait de son activité, essentiellement consacrée au bronzage.

> A lire aussi : Il transforme son dos velu en œuvre d’art

 

Que fera-t-on « lorsqu’on aura un sexe brûlé » ?

A l’audience, Me Alexandre Varaut, représentant de syndicats de médecins et de la SARL Docteur Debray, s’était demandé ce qu’on ferait « lorsqu’on aura un œil ou un sexe brûlé ? », réclamant notamment de voir condamner les enseignes pour avoir fourni « les moyens de commettre une infraction ».

La défense avait dénoncé les intérêts économiques des médecins, plus préoccupés selon elle par la défense d’un monopole lucratif que par des impératifs de santé.

La pratique de l’épilation est encadrée par un arrêté de 1962 qui prévoit que « tout mode d’épilation est un acte médical, sauf l’épilation à la pince ou à la cire ».

Depuis plusieurs années, nombre de centres de beauté ont développé une offre d’épilation à la lumière pulsée, méthode connue pour freiner la repousse du poil à moyen, voire long terme, et couramment utilisée par quelque 30.000 instituts en France.

à lire la suite

A lire aussi : Il transforme son dos velu en œuvre d’art

SERVICE D'ENREGISTREMENT DES DÉCLARATIONS DE DROITS D'AUTEUR